Le vent t'emportera, de Jean-Marc SOUVIRA

Publié le par lili

284570 Extrait de la quatrième de couverture : Août 2003. Le cauchemar recommence. Trois femmes retrouvées à leur domicile parisien, entravées, le visage lacéré à coups de miroirs brisés. Sur leurs corps nus, un morceau de papier reprenant une phrase de l'Ecclésiaste. Trois meurtres en tout point identiques à une autre série remontant à quelques mois. Mais dont l'auteur a déjà été arrêté... Erreur judiciaire, mimétisme, complot ? Dans la touffeur de la canicule d'août 2003, les pistes s'ouvrent et se referment. Un élément, quelque part, a forcément échappé aux policiers. Une évidence juste là, sous leurs yeux, de l'autre côté du miroir...

Mon avis : Si ce roman n'est pas LE coup de foudre de l'année, il reste néanmoins un sacré coup de coeur, que je recommande aux fans du genre. Avant de présenter les raisons de lire ce roman, je tiens à remercier Salomé de me l'avoir prêté ( et d'ailleurs, j'attends avec impatience qu'elle me prête le premier opus !!! ). Une fois n'est pas coutume, je vais lister les raisons de lire ce roman, ça changera un peu, non ?

- Le titre... qui m'a évidemment fait penser à mon cher groupe Noir Désir, évidemment ! D'autant que l'action se déroule pendant le fameux été 2003, même si l'affaire Cantat-Trintignant n'est jamais évoquée, je n'ai pas pu m'empêcher d'y penser !

- La collection et sa première de couverture : pour ce qui est sans doute la première fois sur ce blog, je vais louer France Loisirs. Ceux qui ont l'habitude de me lire se rendront compte de l'exception que constitue cet élément. En effet, je trouve que l'illustration choisie met parfaitement en valeur l'intrigue, ce qui est assez rare pour être mentionné !

- Les personnages : D'emblée, comme dans les livres de Thilliez ou de Jonquet, on sent qu'on est en présence de personnages emplis d'assez de relief pour revenir au fil des romans. Que ce soit Calderone, Mistral ou encore Dalmate, pas de souci, ces personnages de flics sont suffisamment bien campés pour revenir pour notre plus grand plaisir.

- L'intrigue : même si elle n'est pas encore tout à fait au niveau des plus grands, on sent que l'auteur est "de la maison", comme Olivier Marchal dans ses films. Les fils sont intelligemment tissés, et on ne s'y perd pas.

- Le style : efficace, rythmé, il suit les péripéties et sert autant l'intrigue que les personnages qui nous sont présentés.

- Les meurtres / les victimes : Seul bémol pour l'amatrice de crimes sanglants et atroces habituées à de bien pires scènes. Ils sont décrits de façon quelque peu clinique, encore. Ceci dit, il s'agit sans doute d'un gage de réalisme, et leur relation correspond bien au ton général de l'ouvrage.

En conclusion, je dirais que j'ai été intriguée, intéressée par cet auteur, et je pense qu'une prochaine lecture pourra achever de me séduire totalement.

Commenter cet article

L'Irrégulière 14/06/2011 10:17


Ce n'est pas trop le genre de livres que j'ai envie de lire en ce moment ^^


lili 17/06/2011 17:47



Tout est question de moment aussi. En ce moment, j'ai envie d'histoire d'amour violentes et destructices et de thrillers !



Neph 13/06/2011 12:27


Décidément, tu mets en oeuvre tous les moyens nécessaires ^pour nous décider !


lili 17/06/2011 17:47



Vile flatteuse, va !