Les hommes-couleurs, de Cloé KORMAN

Publié le par lili

hommes-couleurs  Extrait de la quatrième de couverture : En 1989, l'ingénieur Joshua Hopper retrouve à New York un ancien ouvrier mexicain, seul témoin d'un chantier ferroviaire qui a englouti dans les années 1950 des sommes considérables, mobilisé des milliers d'hommes... mais qui n'a pas laissé la moindre trace. Le récit de Gris Bandejo entraîne Josh à Minas Blancas, une petite ville au sud de la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Là, au seuil du désert, l'ingénieur français Georges Bernache et sa femme Florence, une Américaine, ont dirigé les opérations sans qu'un pouce de rail soit posé. Pourtant les ouvriers n'ont cessé d'affluer : pendant des années, ils ont creusé sous terre un tunnel destiné à les conduire aux États-Unis. Joshua découvre peu à peu la vie de ces deux expatriés, isolés avec leurs enfants au milieu d'une foule mexicaine qui les fascine et les inquiète. Entre les murs du jardin des Bernache, miracle de verdure dans ce paysage pierreux, leur fille Suzanne et leurs jumeaux grandissent avec bonheur sous le regard de l'aîné, Nino, enfant adopté aux airs de dieu aztèque. Mais bien qu'ils soient complices de l'entreprise des clandestins, Georges et Florence savent aussi qu'elle risque à tout moment de les détruire. Dans ce roman sensible et puissant, l'histoire d'une famille se mêle à l'épopée des migrations modernes.

 

Mon avis : Ce livre devrait porter une mention spéciale : attention, lecteur, ce livre contient une histoire qui te bouleversera, qui remuera jusqu'à tes tripes et changera certainement quelque chose en toi. Je remercie mon amie Velvet qui m'a offert ce roman, qui a "duré" près de trois semaines entre mes mains. Je suis une dévoreuse habituellement, mais ce livre est à la fois passionnant et exigeant, il ne se donne pas à vous, il se mérite, page après page, ne révélant sa beauté qu'à petites touches, comme les touches de couleurs qui apparaissent dans le tunnel. Je ne sais pas ce qui m'a le plus touchée, l'histoire, l'Histoire, le style ? Tout est sublime dans ce roman, tout est fluide et aride, cru et brûlant. Je préfère vous livrer quelques extraits, car mes mots pourraient dénaturer ce roman :

 

p 89, sur la naissance de Nino  que George a trouvé  dans une ferme en feu, dans laquelle sa mère venait de le mettre au monde : " Reposant sur l'herbe avec sa tête tournée sur le côté pour ne pas regarder l'incendie, elle essaya plusieurs fois de commencer des phrases qui semblaient prendre feu et se consummer en peu de mots."

p 237, sur le tunnel : " Le tunnel abritant les chagrins des hommes et leurs espoirs croissait continûment. Au ventre de la terre ils vinrent se réfugier, cachés de l'accablant soleil ils pouvaient en paix façonner leur destin. "

Pour en savoir plus, lien vers le site :

http://www.leshommes-couleurs.com/

Commenter cet article

pom' 28/09/2010 17:24


tu donnes envie de le lire


lili 29/09/2010 06:21



merci



Anne Sophie 19/09/2010 21:02


j'avais pas trop aimé moi...


lili 20/09/2010 06:06



ah bon ? Même si le début m'a un peu effrayée par sa rudesse, j'ai vite accroché.



zorane 19/09/2010 15:22


ce n'est pas le genre de livre que j'ai l'habitude de lire mais ton avis est si enthousiaste que je le note


lili 20/09/2010 06:07



Ce n'était pas du tout mon type de lecture à moi non plus, mais malgré sa difficulté d'approche, je pense que ce roman restera un des meilleurs que j'ai lus.



reine de saba/irrégulière 19/09/2010 13:08


A mon avis, pas le genre d'histoires qui m'intéressent. Et ça me fait penser qu'il faut que je te rende ceux que j'ai à toi !


lili 20/09/2010 06:08



A priori ce n'était pas non plus mon genre, mais comme quoi, il faut parfois accepter de sortir de ses propres goûts. Pour les livres, je ne suis pas pressée non plus, hein ! Fais comme tu peux !