Etat critique, de Robin COOK

Publié le par lili

etat Présentation de l'éditeur :

New York. Epidémie de SARM - Staphylocoque Aureus Résistant à la Méthicilline - dans trois cliniques spécialisées appartenant au Dr Angela Dawson. Soutenue par des investisseurs privés, ce médecin atypique et novateur a créé sa propre start-up, " Angels Healthcare ", bientôt cotée en Bourse. Une ascension fulgurante menacée par la redoutable bactérie. Intrigués par la flambée de décès post-opératoires dans les cliniques " Angels Healthcare ", Jack Stapleton et Laurie Montgomery, le couple de médecins légistes et enquêteurs d'Erreur fatale, vont ouvrir sans le savoir la boîte de Pandore d'un complot financier qui menace leur carrière, mais aussi leur vie... Médecine, business, argent sale... un thriller médical effrayant et passionnant de bout en bout.

 

Mon avis : C'est la première fois que je lis un roman de Robin Cook, même si j'en avais beaucoup entendu parler avant ; cependant l'occasion ne s'était jamais vraiment présentée, puisque je choisissais toujours d'autres livres en librairie, remettant à plus tard cette rencontre qui ne me semblait pas urgente. Aujourd'hui, grâce à Livraddict et au Livre de poche, j'ai pu enfin lire un exemplaire de cet auteur, ce que je ne regrette pas. Au début, il m'a fallu un peu de temps pour reconnaître tous les personnages et les lieux, car c'est assez prolifique ! Je confondais même Angela et Laurie, alors qu'elles n'ont rien à voir, sinon leur implication personnelle dans leur travail, mais leurs intérêts divergent tellement qu'elles finissent par se retrouver l'une contre l'autre, tout en cherchant chacune à arrêter cette épidémie de SARM. Soit dit en passant, je ne recommande pas cette lecture à quelqu'un sur le point de se faire opérer, car les descriptions des cadavres atteints de SARM, font froid dans le dos et rendraient parano tout hypocondriaque qui se respecte. Ce roman, c'est un peu Jack Bauer aux urgences, car il faut faire vite, l'entrée en bourse de Angels Healthcare doit se faire dans les prochains jours et cette épidémie est sur le point de faire capoter ce projet aux implications financières incalculables. C'est d'ailleurs avec dégoût que le lecteur se familiarise avec le système de protection sociale aux Etats Unis, et à la politique des cliniques privées. Robin Cook maîtrise à la perfection son sujet et réussit à nous faire entrer dans cet univers quasi impitoyable, même si le style n'est pas vraiment ce qui marque le plus dans ce roman, on ne peut pas dire que l'intrigue ne fonctionne pas, et malgré les plus de 500 pages de ce roman, on se laisse gagner par la fièvre et on tourne les pages avec une certaine avidité. Je regrette cependant de n'avoir pas été surprise par la fin, que l'on devine après quelques chapitres...

Commenter cet article

Véro 27/07/2010 00:09


J'avais hésité pour le part... je le garde en tête quoiu qu'il en soit !


lili 30/07/2010 15:31



J'ai bien aimé cette lecture, malgré mon peu de connaissances en matière d'hopital... à part Greg House, of course !



Cacahuète 22/07/2010 12:19


tout pareil qu'Erato ! mais je dois être maso, parce que j'adore cet auteur, et même s'ils me font peur, je ne peux m'empêcher d'en lire de temps en temps !.... ;)


lili 23/07/2010 08:47



c'est bon d'avoir peur aussi, c'est assez cathartique comme procédé !



Erato 12/07/2010 11:31


Je ne suis pas hypocondriaque, mais dès que je lis un livre de Robin Cook, je me dis qu'heureusement je ne vais pas à l'hosto les jours suivants ! ^^


lili 13/07/2010 09:23



c'était le premier que je lisais, mais comme tu l'écris, s'ils sont tous pareils, j'éviterai d'en lire ou d'en offrir à quelqu'un qui va à l'hosto !