Terminus Elicius, de Karine GIEBEL

Publié le par lili

Terminus-Elicius livre couv Extrait de la quatrième de couverture : Istres-Marseille. Pour Jeanne, la vie est ponctuée par cet aller-retour ferroviaire quotidien entre son travail de gratte-papier au commissariat et la maison de sa mère. Elle attend néanmoins qu'un événement vienne secouer le fil de son existence: un regard, enfin, du capitaine Esposito? La résolution, peut-être, de cette ffaire de serial killer qui défraie la chronique phocéenne? "Vous êtes si belle, Jeanne Si touchante et si belle." Ce soir-là, une lettre, glissée entre deux banquettes, semble combler toutes ses espérances. Un peu trop, même. Car derrière le mystérieux soupirant se cache le meurtrier tant recherché par la police. Commence alors une correspondance amoureuse qui, pour Jeanne, n'aura de terminus qu'au bout de l'enfer...

 

Mon avis : Il y a de cela quelques jours, je vous présentais Les morsures de l'ombre, du même auteur, qui m'avait enthousiasmée. Celles et ceux qui fréquentent mon blog ou me connaissent dans la "vraie" vie connaissent aussi mon penchant pour la monomanie... Donc quoi de plus logique que de lire d'autres ouvrages d'un auteur qui nous a plu ? Surtout si l'ouvrage en question a été primé par un jury de lecteurs, que le titre semble moins gnan-gnan que bien souvent dans les polars et thrillers ( oui, vous connaissez aussi mon énervement face à certains titres censés faire peur, et qui accumulent les clichés ! ). Déception... Grosse déception, devrais-je ajouter, à la hauteur de mes attentes. Certes l'intrigue est originale, les personnages plutôt bien construits ( avec un bémol, néanmoins ), les dialogues réalistes, mais très vite, on décroche, on n'y croit plus vraiment à cette histoire de serial killer qui laisse des lettres enamourées à la pauvre Jeanne... D'ailleurs, cette pauvre Jeanne est déroutante, on peine à comprendre ce qui la pousse à entretenir cette relation épistolaire avec un criminel, d'autant plus qu'elle travaille dans un commissariat et qu'elle est amenée à croiser chaque jour le commandant Esposito, en charge du dossier. Vraiment,  c'est peu crédible, à ce moment-là. Après, je reconnais que le mobile, la résolution de l'intrigue, etc. tout prend sens, mais il y a quelque chose de dérangeant et peu cohérent dans le personnage de Jeanne. Je sais déjà que ceux qui ont aimé le livre me diront que c'est normal, que j'ai mal lu, que Jeanne ne pouvait agir autrement compte tenu de ce qu'elle vit et a vécu. N'empêche, c'est mon avis personnel à moi-même, de lectrice, en toute subjectivité, je l'avoue... Mais autant j'ai aimé Chiens de sang et Les morsures de l'ombre, autant Terminus Elicius ne m'a absolument pas convaincue, ce qui ne signifie cependant pas que je cesserai de lire du Karine Giebel, car j'apprécie beaucoup son style !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 27/07/2011 15:32


Bof, cette Jeanne m'énerve déjà !


lili 28/07/2011 11:44



elle a des circonstances atténuantes, mais faut lire le livre pour le savoir ;)



Philippe D 27/07/2011 08:23


On peut aimer un auteur mais ne pas apprécier tous ses bouquins. La preuve...
Passe une bonne journée.


lili 27/07/2011 11:50



tout à fait, bonne journée à toi !



Mélo 26/07/2011 10:48


Déçue aussi par ce roman, heureusement qu'il est tout fin !
Par contre j'ai Meurtres pour rédemption dans ma PAL qui a reçu de nombreuses critiques ultra-positives et que j'ai hâte de lire. Par contre, c'est un énorme pavé.


lili 27/07/2011 11:51



j'en ai commandé un autre, mais pas Meurtre pous rédemption, d'ailleurs je ferais bien de me le noter aussi, tiens !



Stephie 26/07/2011 10:32


Ah, je vais peut-être réfréner mon envie alors...


lili 27/07/2011 11:52



Certains l'ont beaucoup apprécié, moi moins, mais bon... Tu jugeras !