Sous les cahiers, la mort, de Caroline CHABROL

Publié le par lili

CAHIERSPrésentation de l'éditeur :

L'intrigue de ce roman nous amène à découvrir l'histoire douloureuse d'une famille détruite par le secret. Laure Théligny est venue passer quelques jours seule dans la maison héritée de ses parents. Après une rupture amoureuse, elle espère trouver un peu de quiétude et de repos dans le village de son enfance. Mais des événements étranges vont bouleverser sa vie : la découverte de manuscrits dans une décharge publique et la disparition d'une amie. Tandis qu'elle recherche le propriétaire des écrits anonymes, Laure est confrontée au comportement intriguant de l'entourage de son amie. Bientôt, la police la suspecte d'être mêlée à la disparition.
Mon avis : C'est avec grand plaisir que j'ai découvert ce roman dans ma boîte aux lettres en milieu de semaine... J'ai tout de suite été intriguée par la présentation très sobre de ce livre, qui en fait un très bel objet : sobre et classe. Dès les premières pages, on sent que c'est un livre qui va marquer : l'intrigue commence dans une décharge publique, avec une femme qui cherche des objets... Rien de glauque, juste une ambiance assez anxiogène, comme dans La route de Cormac Mac Carthy, un paysage froid, blanc et gris, triste...Puis on découvre avec la narratrice l'histoire d'une jeune femme, au fil de pages arrachées d'un journal intime. Le journal de cette jeune femme est marqué par une certaine violence, une poésie onirique teintée d'inquiétude et de sensualité. On comprend avec la narratrice que la jeune femme est en danger et très vite, la narratrice, Laure, va se sentir observée, épiée. Le climat angoissant monte d'un  cran, notamment avec l'apparition des nouveaux personnages masculins et de l'entourage de la jeune femme du journal qui se trouve être une amie d'enfance de Laure. J'ai beaucoup aimé la façon dont Caroline Chabrol croque les personnages masculins, mais aussi et surtout les pages du cahier de Lou Anne, dont la poésie marque assez profondément le lecteur. Les scènes d'affrontement entre les personnages et les scènes où la narratrice se trouve en proie à l'inquiétude sont fort bien écrites et témoignent d'une maîtrise de la psychologie des personnages. Un regret, toutefois... La longueur de ce roman,  une petite centaine de pages, c'est trop court quand c'est bien écrit !
Encore merci à Bob, aux éditions Le Manuscrit et tout particulièrement à Caroline Chabrol pour cette lecture !
Un avis sur la blogosphère : ici

Commenter cet article

vivie 06/09/2010 06:37


merci beaucoup de m'avoir permis de lire ce livre
je l'ai dévoré du début à la fin avec un immense plaisir. je vais le faire connaitre.


lili 07/09/2010 06:04



je compte sur toi !



L'or des chambres 25/08/2010 17:36


Enfin je rencontre un avis aussi enthousiaste que le mien... ça fait plaisir...J'ai moi aussi vraiment aimée ce livre... Un style percutant... Comme tu le dis : un livre marquant... (J'ai mis chez
moi le lien de ton billet...)
Bonne journée


lili 26/08/2010 09:06



Je vais en faire de même avec ton blog ! J'espère que cette romancière connaîtra le succès qu'elle mérite !



Ankya 25/07/2010 10:42


Je le note immédiatement dans ma LAL. Déjà, rien que l'histoire du manuscrit anonyme, ça m'attire !


lili 30/07/2010 15:33



Je te comprends ! c'est une super lecture !



zorane 24/07/2010 20:45


ça a l'air très original. Je note


lili 25/07/2010 10:13



c'est original et bien écrit, je te le recommande !