Rien ne s'oppose à la nuit, de Delphine de VIGAN

Publié le par lili

book cover rien ne s oppose a la nuit 220583 250 400.2 Extrait de la quatrième de couverture : " Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui, je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence."

 

Mon avis : J'ai commencé à écrire mes petits billets, sur ce blog, le 1° novembre 2009, après la lecture des Heures souterraines de la même Delphine de Vigan, parce que cette lecture avait remué en moi des choses trop fortes pour que je les contienne seule, il me fallait les partager, et si possible, avec des inconnus, sur la toile. Du coup, je publie aujourd'hui ce billet dans le cadre du Challenge Un mot des titres, de Calypso, et dans celui du 1% de la rentrée littéraire : d'une pierre, deux coups ! Aujourd'hui, presque deux ans après mon tout premier billet, je recroise le chemin de ce fabuleux écrivain. Il m'a fallu une semaine pour arriver au bout de cette lecture, d'une part parce que le temps m'a fait un peu défaut, avec la rentrée, d'autre part, et ce sont les raisons principales : parce que je voulais déguster cette histoire dont j'avais peur de tourner la dernière page, bien que l'issue soit connue dès les premières pages, mais aussi et surtout parce que cette histoire est si lourde, dense, parfois âpre et douloureuse, que des pauses s'imposaient afin de ne pas sombrer avec Lucile, dont on voit le magnifique portrait sur cette superbe première de couverture. Ce roman mérite amplement le Prix Fnac qu'il a d'ores et déjà reçu, et je lui souhaite vraiment très sincèrement d'en obtenir encore plein d'autres, car rien n'est à déplorer dans ce livre, du titre à la narration, en passant par le style si pudique et si touchant, sans verser une seule fois dans le pathos. Une formule revient souvent dans cet ouvrage, et me paraît le définir de façon simple et entière : Delphine de Vigan évoque souvent la "mythologie familiale", et comme toute mythologie, elle repose sur des dieux, des héros, dont les défauts sont à la hauteur de leur rayonnement et de leur grandeur. Un livre absolument indispensable, à offrir les yeux fermés, ou à s'offrir, sans regret !

Un-mot-des-titres     RL2011b

 

                                                                                                    10/14

 

Commenter cet article

Noukette 11/11/2011 18:49


Je me le suis enfin offert... C'est marrant, j'ai moi aussi fait un billet sur Des heures souterraines au tout début de mon blog ! ;-)


lili 12/11/2011 10:03



décidément, les grands esprits...



Philippe D 19/10/2011 21:52


Pas un véritable coup de coeur mais j'ai bien aimé. On a du mal de croire qu'il se passe autant d'événements dans une même famille.


lili 22/10/2011 10:19



C'est vrai que c'est un peu surprenant, mais je crois que c'est vrai, néanmoins. Je lui souhaite de nombreux prix littéraires, ou au moins le plus prestigieux !



Philippe D 18/10/2011 21:53


Je viens de le terminer. J'aurais pu l'utiliser pour le challenge aussi mais je l'ai terminé trop tard.


lili 19/10/2011 14:50



et alors, il vous a plu ?



gridou 16/10/2011 00:05


Décidément, il n 'y a que des éloges sur ce bouquin. Et j en suis bien contente, moi aussi j'ai adoré.


lili 16/10/2011 10:20



je ne vois franchement pas ce qu'on peut en dire de négatif !



Leiloona 15/10/2011 14:50


Un livre qui me marquera, c'est sûr.


lili 16/10/2011 10:20



c'est sûr, il est marquant, poignant...