Potens, de Ingrid DESJOURS

Publié le par lili

potens 1 Présentation de l'éditeur : Trop d’intelligence rendrait-il inhumain ? Potens fait couler beaucoup d’encre. Beaucoup de sang aussi.
A la suite du meurtre barbare de Charlotte, une de ses membres les plus dépravées, Potens se retrouve dans la ligne de mire de la psycho-criminologue, Garance Hermosa. Club pour ses surdoués, Potens est souvent décrit comme un repaire de génies asociaux et névrosés, parfois décrié et accusé de véhiculer des idéaux eugénistes.
Infiltrée dans le club, la jeune femme défie un assassin aussi habile que manipulateur. Exercice d’autant plus périlleux qu’un évènement tragique la renvoie à un passé qu’elle aurait préféré oublier…
Potens : l’intelligence, c’est d’en sortir. Vivant.

 

Mon avis : Un pur hasard m'a fait choisir ce livre des éditions Plon,  dans le cadre d'un partenariatLivraddict, que je remercie tous deux, car j'ai passé un très très bon moment. Ce thriller est plus que prenant, dès les premières pages, on entre dans l'univers très spécial d'Ingrid Desjours, jeune romancière qu'il faudra suivre attentivement ! Tout, absolument tout m'a plu dans  Potens, sauf la première de couverture que je trouve un peu trop connotée, voire cliché. Commençons par les personnages : surtout celui de Garance Hermosa, jeune psycho criminologue, dont le QI très élevé lui permet d'intégrer la société secrète de Potens ; cette jeune femme, pleine de secrets et de tares diverses nous mènera dans les recoins de l'esprit humain, jouant souvent avec nos nerfs. La société secrète est décrite de façon très habile, point d'exagérations, on sent qu'Ingrid Desjours a effectué des recherches sur ces pseudo loges maçonniques, et qu'elle maîtrise son sujet sur le bout des doigts. Les meutres en eux-mêmes, même s'ils ne sont guère nombreux, montrent une originalité et une précision glaçantes, comme certains suspects de ce roman. Je ne dirai rien sur la fin, mais j'ai beaucoup apprécié le jeu avec nos nerfs, les pistes soufflées puis retirées avant la révélation finale. Du grand art, associé à un style très agréable, rafraîchissant, teinté de poésie rock, noire, mystérieuse, ainsi que les citations en tête de chapitre: Noir Désir, Miossec... Madame Desjours et moi partageons les mêmes goûts musicaux, et je songe déjà à me procurer son premier opus : Echo, paru en poche, il y a peu... Pour avoir un avant goût de ce roman à côté duquel il serait vraiment dommage de passer, vous pouvez visiter son site : clic et lire les quelques extraits que j'ai tirés du livre :

p 25 : " La musique joue faiblement dans sa tête, se cogne à la solitude épaisse qui glue les murs de sa grotte. Puis se tait. Le retour à la réalité est douloureux, comme une mauvaise descente à gérer,a près un trip à vous faire rêver d'overdose."

p 31 : " Accueillir la mort tandis que la peur me quitte. lui offrir ma chair pourvu qu'elle muselle la douleur qui me tourmente."

p 50 : "On n'est l'esclave que de ce qu'on veut bien."

p 68 : " Garance pria le dieu des athées pour que le suspect n'ait pas perçu son trouble."

Commenter cet article

Vert Gallois 06/08/2010 06:37


Curieux de lire une critique laudative sur ce mauvais polar aux personnages improbables, à la psychologie de bazar et à la documentation plus qu'approximative. Enfin tous les goûts sont dans la
nature… surtout les mauvais.


lili 06/08/2010 08:59



Le mauvais goût a son droit autant que le bon goût.

Friedrich Nietzsche



Yv 11/07/2010 14:56


J'espère qu'il est meilleur qu'Echo que je n'ai pas vraiment aimé. décevant parce que trop prévisible.


lili 13/07/2010 09:23



ah ? Je viens de me commander Echo parce que j'ai beaucoup aimé Potens, j'espère ne pas être déçue !



Véro 04/07/2010 17:48


Moi je l'ai reçu hier et toi tu l'as déjà chroniqué ! Je repasserai lire ton article après l'avoir lu.


lili 04/07/2010 21:02



OK ! bonne lecture !



Irrégulière 04/07/2010 16:39


ça me dit bien, mais j'attendrai sans doute la sortie en poche...


zorane 04/07/2010 16:34


je le note!