Nos séparations, de David FOENKINOS

Publié le par lili

nos separation dfExtrait de la quatrième de couverture : Je pense à Iris qui fut importante tout de même, à Emilie aussi, à Céline bien sûr, et puis d'autres prénoms dans d'autres pénombres, mais c'est Alice, toujours Alice qui est là, immuable, avec encore des rires au-dessus de nos têtes, comme si le premier amour était une condamnation à perpétuité." Alice et Fritz s'aiment, et passent leur vie à se séparer. Les raisons: la cyclothymie des mouvements passionnels, les parents et les beaux-parents, le travail et les collègues, les amis d'enfance, deux Polonais comme toujours, les cheveux et les dents, une longue histoire de cravate, la jalousie, et Schopenhauer bien sûr.

Mon avis : Lisez-le ! Ce livre est un véritable petit chef d'oeuvre : un humour incroyable suinte de l'écriture absolument divine de Foenkinos. L'histoire en elle-même est d'une simplicité évidente : un homme raconte sa vie amoureuse, ses rencontres et ses séparations, mais il le fait avec un style tout simplement génial : beaucoup de dérision et de tendresse ; il est difficile d'en faire ressentir la substance en quelques mots, il faut vraiment le lire pour comprendre. Dès les premières pages, le narrateur joue avec les mots et nous laisse quelques perles : p 16 : "Etait-ce ma faute si tout m'intéressait ? Pourquoi  toujours choisir ? La vie est une succession de limitations. On devait être fidèle, on devait être de gauche, on devait manger à 13 heures. Et moi je voulais une maîtresse qui vote à droite, et l'emmener déjeuner à 15 heures." Des scènes, telles que la rencontre avec les beaux parents nous font penser que rien de pire ne pourrait arriver à l'auteur... avant que les beaux parents respectifs se rencontrent à leur tour et là, c'est toute la force de la collision entre deux mondes complètement opposés qui donne lieu à une scène absolument jouissive pour le lecteur !

Commenter cet article

s 28/02/2010 13:26


me revoilou!!!! pas l'air mal ce bouquin


lili 02/03/2010 08:11


hi hi, je te le mets de côté pour quand tu veux !