Les symphonies névrotiques, de Thierry DESAULES

Publié le par lili

cure Extrait de la quatrième de couverture : Résonnant avec une grâce sépulcrale depuis la fin des années 1970, la voix de Robert Smith, semblable à nulle autre, flirtant dangereusement avec la brisure, a retourné les sens de millions de " curistes " à travers le monde.
Si le groupe a pu vendre plus de trente millions d'albums en trente ans de carrière, c'est que l'oeuvre des Cure présente tous les sentiments qui traversent une histoire d'amour et dans lesquels toute une génération peut se reconnaître. Entre joie, détresse et rêve, entre névrose, passion et espoir... Des premières répétitions dans la morne ville de Crawley aux émeutes qui ont dévasté les stades d'Amérique du Sud, l'ouvrage revient sur l'itinéraire d'un groupe de légende et propose de nombreux extraits d'interviews.
Des artistes reconnus - Rînocérôse, Dominic Sonic - ou issus de la nouvelle scène rock - Apple Jelly, Junkstar - viennent également témoigner de l'influence incontestable des Cure sur leur oeuvre et sur toute la musique pop-rock, présente et à venir.

 

Mon avis : C'est grâce aux éditions Alphée et à Livraddict que j'ai pu découvrir cette biographie, donc je les en remercie vivement.

Pour commencer, je voudrais souligner la beauté de la première de couverture , qui illustre parfaitement l'image que j'avais du groupe avant même de lire le livre : noir,  mais d'une grande élégance et d'une beauté sombre. Comme beaucoup de monde, je pense, je connaissais Cure à travers divers morceaux, tels Boys don't cry, Just like heaven, Charlotte sometimes ou encore le splendide Lullaby. Thierry Desaules remonte à la genèse du groupe, ( des groupes faudrait-il presque dire, tellement les changements ont été nombreux ) leur évolution au cours des décennies, leurs relations avec les producteurs, les fans et avec eux-mêmes encore et surtout. Car on apprend que les dissensions ont été nombreuses et parfois violentes au sein du groupe, que la personnalité du charismatique Robert Smith s'est souvent heurtée à d'autres fortes personnalités du groupe. Enfin, on l'apprend, disons qu'on s'en doutait : tout groupe de rock et tout groupe tout court connaît ce genre de problèmes : crises identitaires, besoin de se renouveler, oppositions au sein du groupe entre le leader (souvent incarné par le chanteur) et une autre forte personnalité qui vit plus ou moins dans son ombre. Une biographie fort réussie de Mick Jagger ( dont j'ai oublié le nom de l'auteur ) avait déjà dessiné les tenants et les aboutissants de ces relations totalement exacerbées, fusionnelles et fratricides.

On y apprend aussi l'importance de l'alcool dans le quotidien du groupe, ainsi que le pouvoir des drogues, même si aucune scène voyeuriste n'est racontée, et c'est d'ailleurs un des points positifs de cet ouvrage : Thierry Desaules nous raconte quelques anecdotes, mais sans jamais verser dans le people ou le trash. Une part importante est consacrée aux citations, interviews de Robert Smith, qui éclairent un peu sur la vision que ce groupe pouvait avoir de son propre succès. Beaucoup d'informations sont données sur la genèse des chansons, et sur leur réception ; ainsi on découvre les mauvaises interprétations liées au titre Killing an arab qui fait référence à L'Etranger de Camus : Robert Smith s'est vu distribuer des exemplaires du roman au début d'un concert afin de dissiper les malentendus. Eh oui, c'est la rançon du succès pour un groupe qui manifeste de réelles références culturelles et littéraires. D'ailleurs, à ce propos, si je n'ai qu'un regret à adresser à ce roman, c'est le manque d'informations, d'anecdotes concernant la création des paroles, les sources d'influence de Robert Smith. Certes Thierry Desaules égrenne les références à Baudelaire, Camus, Kafka, etc. mais on aurait pu s'attendre à davantage d'extrait d'interviews concernant les mécanismes de l'écriture, les influences. Bref, ce roman s'adresse aux fans du groupe, bien sûr, mais pas seulement, à condition de se montrer attentif aux noms des membres successifs qui ont jalonné le groupe, le lecteur "lambda" passera lui aussi un agréable moment... Just like heaven...

Commenter cet article

Véro 15/05/2010 18:25


Je ne suis pas fan des biographies et pas plus de The Cure donc je passe.


lili 15/05/2010 18:29



Ah... Pas la peine d'insister alors !



Irrégulière 15/05/2010 16:11


Moui... je ne suis pas très biographies déjà, et alors Cure, ça me laisse de marbre. On passe donc...


lili 15/05/2010 18:31



pas la peine de le lire, alors, c'est sûr.



calypso 15/05/2010 09:40


Je passe !


lili 15/05/2010 10:35



Pourquoi ? Tu n'aimes pas Cure ?



Miss Spooky 14/05/2010 19:55


Mon homme m'a tapé sur les doigts (comme tout Curiste qui se respecte) de ne pas avoir postulé pour ce livre lors du partenariat, et finalement je ne regrette pas : il semble t'avoir plu et tu as
pu en apprendre un peu plus sur le groupe !
Selon lui, s'il n'y a que très peu d'info sur ses sources d'inspiration, c'est parce que Robert Smith n'en parle pratiquement jamais, même pas aux autres membres du groupe... peut-être gardera-t-il
le mystère jusque dans sa tombe ;)


lili 15/05/2010 10:38



Ah bien, merci pour l'info alors. Grâce à ce livre j'aurai quand eu des réponses à mes questions ( enfin grâce à ton homme, surtout, et une réponse en forme de non réponse, mais qui me convient
pour le coup )



zorane 14/05/2010 17:07


The Cure toute ma jeunesse!


lili 15/05/2010 10:39



Je n'ai pas assez connu à l'époque, à part Lullaby, quand j'étais ado, que je chantais en marmonnant en arrivant en cours !