Le cosmonaute, de Philippe JAENADA

Publié le par lili

cosmo Extrait du roman :

"– Sortez, Monsieur !
Moi ? Que je sorte, moi ? Oui, ça ne peut être que moi : il n'y a pas d'autres hommes dans la pièce. Hormis l'accoucheur. Le type en sueur. Mais c'est lui qui a crié. Et c'était en me regardant (d'un air affolé et méchant). Il a sorti sa tête d'entre les jambes de Pimprenelle, sa grande pince de ferraille à la main, les yeux exorbités, a tendu le cou vers moi comme une tortue prise de panique (j'ai eu l'impression que ce cou tremblotant s'allongeait démesurément pour monter vers moi, ses épaules restant coincées entre les cuisses fines et pâles de ma belle fiancée souffrante - ce cou a littéralement propulsé sa tête jusqu'à la mienne, ahurie), et a crié :
– Sortez, Monsieur ! Ça risque d'être insupportable pour vous.
Comment ça, insupportable ? Mais non. La femme que j'aime accouche, j'ai réussi par je ne sais quel miracle à faire un enfant à la femme que j'aimais et que j'aime, nous avons vécu les neuf mois de grossesse ensemble, sans nous quitter une heure, nous sommes même allés nous enfermer à Veules-les-Roses pour mieux profiter de l'attente, c'était long, c'était troublant, c'était beau (c'était chiant mais c'était beau), notre enfant va voir le jour d'une minute à l'autre, il est là, notre premier enfant, notre seul enfant, Oscar, j'attends ça depuis neuf mois, le ventre qui gonfle, l'enfant qui va sortir, c'est sûr, c'est maintenant, la pression ne peut augmenter davantage, Pimprenelle est en salle de travail depuis douze heures, foudroyée de l'intérieur toutes les cinq minutes par des contractions de plus en plus violentes, qu'est-ce que je dis cinq minutes, on ne compte même plus, alors c'est maintenant ou jamais, il va naître, c'est sûr, cinq, quatre, trois, deux, un et tout à coup ce rustre en sueur qui veut que je sorte ? Pourquoi moi ?"

Présentation du roman ( site de l'auteur ) : Pimprenelle est sur le point d'accoucher. Hector, son mari, n'a qu'un souhait : assister à cet accouchement, après avoir accompagné sa femme durant neuf mois. Il s'est y préparé très consciencieusement, s'est acheté un livre sur la maternité (sa "bible") et, jour après jour, suit l'évolution de la grossesse de celle qu'il aime. L'enfant s'appellera Oscar. Le lecteur accompagne le narrateur durant cette longue aventure humaine, avec ce qu'elle comporte de drôlerie, d'angoisse et d'incertitudes. On retrouve toute l'appréhension vécue de l'intérieur par le jeune père stressé, parfois dépassé par les événements, souvent fataliste et toujours attentionné. À priori tout semble idyllique et parfait. Mais Pimprenelle, après la naissance d'Oscar, va se transformer en névrosée obsessionnelle et jalouse, modifiant du tout au tout la vie de ce couple que chacun envie.
Avec ce quatrième ouvrage, Philippe Jaenada confirme de belle manière qu'il n'a rien perdu de son talent. Plus sombre et plus tragique que ses précédents romans, Le Cosmonaute embarque le lecteur dans ce que le quotidien peut produire de plus sordide et de plus triste. Le regard lucide de cet homme éperdu d'amour pour une femme qui, jour après jour, détruit ce qu'ils ont mis si longtemps à construire, est poignant et étonnamment réaliste. Peu à peu, Hector perd pied et finit par se demander si son amour pour sa femme et son fils sont plus précieux que le confort de son quotidien...

 

Mon avis : Après avoir lu et adoré Le chameau sauvage, j'ai eu envie de découvrir qui se cachait derrière le Cosmonaute. Ce roman se découpe en trois parties : le première s'intitule "L'agilité " et raconte, avec force détails, à la fois drôles, crus et absurdes, l'accouchement de Pimprenelle. Autant le dire tout de suite, évitez de lire ce roman si vous êtes enceinte ! La deuxième partie : "L'indépendance", raconte comment Pimprenelle a changé et surtout pourquoi... Je ne dirai rien sur la dernière partie, sinon je risquerais de révéler la fin ! J'ai beaucoup aimé ce roman, qui traite de sujets aussi importants que parfois douloureux : l'amour, le couple, la maternité, les problèmes psychologiques, etc. sur un mode très amusant, comme si le narrateur était un peu la victime d'un complot ourdi contre elle. J'émettrais juste une toute petite réserve, car si j'ai été séduite par le style de l'auteur dans son premier roman, j'ai trouvé ici l'usage répétitif des parenthèses multiples, un peu lourd et usé... Mais comme je le disais, c'est ce qui m'avait plu à la lecture du roman précédent.

Commenter cet article

Yv 11/07/2010 14:54


j'ai lu et bien aimé son humour et son style dans 16h30 plage de Manaccora.


lili 13/07/2010 09:24



c'est le prochain roman de cet auteur que j'ai prévu de lire, mais hélas, il est toujours emprunté à la bibliothèque, je vais devoir passer une commande et me cacher de mon banquier pendant des
mois à force de commander !



Irrégulière 24/06/2010 16:59


Je pense le lire un de ces 4, l'histoire me rappelle un truc, je veux en savoir plus !


Véro 20/06/2010 17:40


Tu as déjà fait inscrire Le chameau sauvage dans ma LAL alors je vais commencer par ce titre et pour celui-ci, on verra une flis que je connaîtrais l'auteur.


lili 21/06/2010 05:52



ok !



zorane 20/06/2010 16:22


ça fait bizarre de voir le nom de Pimprenelle dans ton résumé^^


lili 21/06/2010 05:53



à moi aussi, ça a fait très bizarre, surtout avec le "caractère" qu'elle a dans le roman !



L'Ogresse 20/06/2010 16:19


J'avais adore 'Le cosmonaute' mais on dirait que 'Le chameau sauvage' est encore mieux ! Oui, les parentheses, c'est un peu difficile au debut...


lili 21/06/2010 05:54



je me demande si ça ne vient pas du moment de lecture aussi... J'ai commencé par Le chameau et j'ai été séduite par le style...