La vérité sur Gustavo Roderer, de G. MARTINEZ

Publié le par lili

1126698-gf Extrait de la quatrième de couverture : Dans un bourg endormi d'Argentine, deux adolescents nouent une curieuse relation. Ils possèdent des facultés intellectuelles très supérieures à la moyenne, et le seul moteur de leur amitié est la compétition. Mais si le narrateur veut surtout se confronter à la réalité et conquérir sa place au soleil, Gustavo Roderer est un génie dévoré par une quête extraordinaire : l'élaboration d'une philosophie révolutionnaire. Cloîtré chez lui, flirtant avec les drogues et maniant des idées destructrices, il cherche à repousser les limites de sa réflexion.

 

Mon avis : Avant toute chose, je tiens à remercier Livraddict et Nil pour cette lecture, et surtout les lecteurs potentiels qui ont boudé ce partenariat. En effet, je me suis inscrite à ce partenariat, suite au deuxième rappel mentionnant qu'il restait encore des exemplaires de ce livre. A priori, il ne m'intéressait pas vraiment, la couverture ne m'avait pas interpelée, pas plus que le résumé. Je ne regrette absolument pas d'avoir fini par céder à une certaine curiosité, liée à ces personnages qu'on ne voit pas vraiment sur la couverture. L'histoire en elle-même est intéressante, mais c'est surtout la narration et l'évolution des personnages qui la rend passionnante. En effet, ces deux garçon vont vivre comme deux pions sur un échiquier, l'un blanc, l'autre noir, en parallèle, ils vont parfois se rejoindre pour mieux s'éloigner et finir par disparaître de l'échiquier qu'ils s'étaient construit. L'affrontement entre les deux garçons est latent, et le conflit direct larvé, Gustavo se retranchant de plus en plus dans un monde hypothétique, abstrait, alors que le narrateur entre de plain pied dans la réalité et le concret. Leurs similitudes deviennent des motifs d'éloignement de plus en plus importants, malgré la présence de la soeur du narrateur. En effet, dans ce roman, si elles n'agissent pas vraiment, les figures féminines sont des révélateurs d'action, de pensée, que ce soit les mères de deux jeunes héros, qui cherchent la réussite pour leur progéniture, ou Cristina, la soeur du narrateur. Un personnage m'a encore plus marquée, bien qu'il ne joue qu'un rôle secondaire, celui de Daniela, la jeune fille qui tomba amoureuse de Gustavo et dont les moqueries de ses camarades la poussèrent à faire un régime dont elle mourra. Cette mort marqua douloureusement Gustavo qui ne mit plus un pied au lycée à partir de l'enterrement de la jeune fille, dont il découvrira l'amour qu'elle lui portait, que tous avaient remarqué, tous sauf lui.

Commenter cet article

clovis simard 06/02/2012 13:42

Blog(fermaton.over-blog.com),No-8, THÉORÈME DU RETOUR. - CIVILISATION et VÉRITÉ.

Irrégulière 10/01/2011 15:52


mmmhhh, je suis un peu intriguée...


Sunniva 10/01/2011 09:49


Merci pour cette critique :) J'étais curieuse de voir l'avis de la troisième personne qui a lu le livre. Je n'avais pas poussé la réflexion sur le rôle des figures féminines, mais tu as raison,
elles jouent un rôle certain. Au passage, moi aussi j'ai été touchée par Daniela.


Anne Sophie 09/01/2011 19:14


un billet qui donne envie !


lili 10/01/2011 05:57



Merci !



charmant-petit-monstre 09/01/2011 17:05


Ta critique m'intrigue énormément. J'ai tilté sur toi dans l'annonce des critiques littéraires de Livraddict grâce à la couverture du roman, comme quoi ! Ce roman est-il un livre jeunesse ?


lili 10/01/2011 05:58



cette couverture est effectivement assez spéciale, mais ce roman n'est pas un livre jeunesse, plutôt un livre sur la jeunesse.