La guerre du Kippour, de Frédéric CHOURAKI

Publié le par lili

kippour Présentation de l'éditeur : Le jour du Grand Pardon, le jeune Fred Bronstein, amoureux de Popeline, une rousse sauvage, sensuelle et très peu casher, tout droit sortie d’un tableau de Rossetti, invite celle-ci au sein de sa famille.
La mère qui hait toute féminité en dehors de la sienne, le père qui rêve d’une belle-fille agrégée de lettres ashkénaze, le morne frère chargé d’audit, ses enfants sans cou, la grand-mère narcoleptique dotée de pouvoirs maléfiques…Tout est en place pour faire de cette nuit de Kippour, période de jeûne et d’émoi mystique, un feu d’artifice narratif aux dialogues crépitants. Et pour que la réussite soit totale, ont été convoqués la communauté juive locale et son trio de rabbins Loubavitchs, les frères Schmock.
Entre lutinages et querelles théologiques, entre légende urbaine et marivaudage casher, émois garantis…
L’an prochain à Clamart ! Puisqu’on vous le dit.

 

Mon avis : Un grand moment que la lecture de ce petit roman, véritable petit bijou de cruauté, de drôlerie, d'érudition et de style. J'ai lu ce livre qui m'a été offert par mes parents, qui doivent vraiment bien connaître mes goûts, et j'avoue que j'ai laissé bêtement ce petit bijou dans ma PAL pendant plusieurs jours, n'étant guère inspirée par le titre et par la couverture... Comme quoi, on peut se faire avoir et passer à côté de véritables chefs d'oeuvre. Oui, le mot est fort, mais il vous suffira de vous plonger quelques minutes ou quelques pages dans l'univers de Frédéric Chouraqui pour comprendre ce que je veux dire. Ce roman, très court, parle de la famille et à ce titre, je le rapprochais de mes derniers coups de coeur en la matière : C'est ici que l'on se quitte de Tropper et Toutes les familles sont psychotiques de Coupland, mais il a pour particularité de parler d'une famille juive, très à cheval sur les principes religieux et que l'arrivée de la fiancée du narrateur, Popeline ( ça ne s'invente pas !) va totalement bousculer et déstabiliser, pendant le Yom Kippour ( d'où le titre ! ). Bien loin des clichés habituels véhiculés par les films comme La vérité si je mens et consors, ce roman vous apprend quelques petites choses, mais réussit à vous faire rire de situations totalement hallucinantes, notamment en ce qui concerne une scène empruntant au Théorème de Pasolini, mais chut, je ne peux pas en dire plus, il faut le lire ! J'ajouterais avant de vous livrer quelques petites brides de ce merveilleux roman, que l'écriture et le style sont d'une beauté à couper le souffle : je me suis surprise plusieurs fois, à lire à voix haute, tellement les phrases étaient superbes. Attention, toutefois, quand vous aurez découvert Popeline, elle ne pourra plus jouer pour vous les "filles de l'Eire" comme Chouraki l'écrit si bien !

Je me permets aussi d'emprunter une critique à Christine Sallès, Psychologies Magazine, Juillet-Août 2010 : Fred, sorte de mini Woody Allen parisien, emmène sa dulcinée, la rousse et ravageante Popeline, chez ses parents à Clamart pour célébrer Yom Kippour (…) Quand les traditions juives sont racontées avec cette verve, entre truculence et irrévérence, il y a vraiment de quoi rire et s'évader sans culpabilité.

 

Extraits : p 11 " Chez nous, pas de confession confite et meurtrie derrière un grillage [....] mais une journée de soldes spirituels complets où la culpabilité est bradée en vingt quatre heures express."

p 17 : "J'ai, avant elle, sacrifié au cahier des charges d'un judaïsme bon teint.."

Lien vers le site de l'éditeur  Le dilletante

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cécile 05/08/2010 02:00


Je suis contente de faire une insomnie, juste pour avoir eu la chance de tomber sur ce commentaire. Merci car non seulement le sujet de base m'intéresse mais en plus, si il est drôle, j'ai tout à y
gagner.
Très joli billet !


lili 05/08/2010 10:52



merci Cécile ! j'espère que le livre te plaira autant qu'à moi... Apparemment, les critiques littéraires sont unanimes, en plus !



mazel 04/08/2010 15:36


pas facile de se calmer !
ce qui est bien de fréquenter ainsi d'autres lecteurs, c'est que l'on ne se sent plus seule avec sa folie des livres...
bises


lili 05/08/2010 10:52



c'est vrai que les blogs décomplexent les accros aux bouquins !



Irrégulière 04/08/2010 15:00


Je trouve personnellement la couverture jolie, et le roman assez tentant mais bon, là j'ai une montagne en guise de PAL donc on va se calmer ;-)


lili 05/08/2010 10:54



J'ai un peu de mal avec ce genre de couverture que je trouve vieillotte, et qui ne rend pas hommage à la qualité du texte, mais bon, comme on dit " les goûts et les couleurs..;"



mazel 04/08/2010 10:03


vu le thème... et ton commentaire... je le veux !!!
sur ma liste de septembre !
merci de me l'avoir fait découvrir, bises


lili 05/08/2010 10:55



ravie d te voir si enthousiaste, me tarde de lire ce que tu en auras pensé !



pimprenelle 03/08/2010 19:34


C'est vrai que le titre et la couverture, bof...
Mais avec un tel avis, difficile de résister!


lili 04/08/2010 09:13



Ah oui, l'intérieur est inversement proportionnel à ce que donnent à imaginer titre et couverture !