L'homme qui voulait vivre sa vie, de Douglas KENNEDY

Publié le par lili

homme Extrait de la quatrième de couverture : Ben Bradford a réussi. La trentaine, avocat compétent, un beau poste dans l'un des plus grands cabinets de Wall Street, un salaire à l'avenant, une femme et deux fils tout droit sortis d'un catalogue Gap. Sauf que cette vie, Ben la déteste. Il a toujours rêvé d'être photographe. Quand il soupçonne que la froideur de son épouse est moins liée à la dépression postnatale qu'à une aventure extraconjugale, ses doutes reviennent en force, et avec eux la douloureuse impression de s'être fourvoyé. Ses soupçons confirmés, un coup de folie meurtrier fait basculer son existence, l'amenant à endosser une nouvelle identité... De New York aux splendides paysages du Montana, une histoire d'humour et d'émotion, et un héros extraordinairement attachant, prêt à payer le prix pour vivre sa vie.

 

Mon avis : Certainement un des meilleurs romans de Douglas Kennedy. D'emblée on se prend d'intérêt pour Ben et pour sa vie trop tranquille qui risque de chavirer, on le sent dès les premières lignes. Le rythme est soutenu, les événements s'enchaînent rapidement, ça glisse tout seul, on se laisse porter par l'histoire de cet homme, qui à la fois n'a pas de chance, mais qui semble être protégé par une bonne étoile, mais je n'en dirai pas plus pour ne pas dénaturer le suspense de ce roman dont j'ai adoré le titre, en plus ! Un bon petit moment de lecture donc.

Commenter cet article

Violette 17/05/2010 17:38


oh oui, il donne bien envie! quelle intrigue!


lili 18/05/2010 05:58



C'est un bon Kennedy, je trouve, même si je ne suis pas fan de cette expression...



Véro 14/05/2010 23:08


Je me demande si Les charmes discrets de la vie familiale ne m'a pas dégoûté de cet auteur.


lili 15/05/2010 10:37



J'ai beaucoup aimé le titre, mais je ne sais même plus si je l'ai lu, là...C'est ça quand on dévore ce qui traîne d'un auteur, on finit par confondre un peu !



L'Ogresse 12/05/2010 22:17


J'ai un Douglas Kennedy dans ma PAL, on dirait que ce genre de litterature pourrait correspondre a ma etat d'esprit actuel...


lili 13/05/2010 16:45



je crois aussi à l'adéquation entre un livre et un état d'esprit.



Cath 12/05/2010 20:43


Un bon Douglas Kennedy (le meilleur pour moi étant Cul de Sac) qui change un peu par rapport à tous ses autres titres dans la mesure où le héros ne subit pas les évènements mais les crée...


lili 13/05/2010 16:45



C'est vrai, je n'y avais pas pensé du tout, j'aime bien ton interprétation.Je ne connais pas encore Cul de sac, je crois qu'il va finir dans ma LAL d'été !



Cacahuète 12/05/2010 17:02


J'aime bien douglas Kennedy, mais ce titre qui fut mon 3ème ou 4ème lu de lui, n'est pas le meilleur que j'ai lu quant à moi ! je m'y suis un peu ennuyée de dois dire ! les avis et les couleurs !!!
;)


lili 13/05/2010 16:47



exactement, mais je crois que tout dépend de quel livre de l'auteur on a lu avant, et dans quel ordre. De plus, à force de lire un auteur, on connait mieux ses "trucs" et au bout d'un moment ça
peut être lassant, mais si c'est le premier qu'on lit, on adhère. Bref c'est complexe quand même !