Jours d'orage, de Jean THEFAINE

Publié le par lili

0aca548420909952ed938d20890baec4-300x300Extrait de la quatrième de couverture :

« Hubert-Félix Thiéfaine est le plus célèbre « inconnu » de la chanson française. L’exemple même de l’artiste qui s’est imposé au sommet sur la durée, en dépit du silence des médias, télévisés notamment, qui l’ont toujours trouvé trop décalé. L’artiste, il est vrai, n’est pas formaté. À cent lieues des clichés d’usage, son écriture flirte avec le surréalisme, fouille les plaies d’enfance, renvoie l’homme à son absurdité, tempête contre un monde désespérément bancal, balance entre dérision vitale et colère inextinguible. Musicalement, c’est le rock qui habille le plus souvent les noires humeurs du poète électrique. Un cocktail détonant qui, depuis plus de trente ans, a conquis des légions de fans.

Fin 2005, une première biographie était parue chez Fayard. Le livre s’imposa très vite comme une référence. Cinq ans plus tard, cette nouvelle édition a été très largement complétée et enrichie de nombreux témoignages supplémentaires.

 

Mon avis : Avant de vous livrer mon avis sur cette biographie, je vais faire une petite digression totalement personnelle, narcissique et inutile, mais aujourd'hui, j'ai le droit.... car, je fête mes 34 ans ( merci par avance aux personnes qui me l'auront souhaité ! ) et je voulais commencer cette nouvelle année de ma vie en évoquant un livre symbolique, qui parle de mon amour des mots, de la littérature, mais aussi de la musique en général et du rock français en particulier.  Je ne connais pas Hubert-Félix Thiéfaine depuis très longtemps, à peine quelques petites années. Quand j'étais ado, mes parents m'ont emmenée voir un de ses concerts, j'avais apprécié, mais sans véritable passion. J'ai vraiment découvert HFT grâce au CD "Les fils du coupeur de joint", et c'est ainsi que j'ai découvert avec un enthousiasme grandissant ce plus "célèbre inconnu de la chanson française". Ainsi, pour fêter dignement cet anniversaire ( que j'ai en commun avec Damien Saez, je ne peux pas m'empêcher de le signaler, ceux qui me connaissent savent à quel point c'est symbolique pour moi ! ), il me fallait vous présenter un livre qui me touche, et c'est ce que je vais faire avec cette biographie, nouvelle édition d'une première parue en 2005 chez Fayard.

 

        Jours d'orage présente ce personnage si singulier qu'est Hubert-Félix Thiéfaine, au travers d'anecdotes, d'extraits d'articles de presse, et témoigne d'un travail de recherches méticuleux, allié à un style fluide, vraiment agréable à lire. Cette biographie permet de mieux comprendre l'univers du jurassien, de mieux appréhender ce style si particulier qui le rend inimitable. On comprend, si on ne l'avait pas compris avant, comment cet homme, si visiblement absent des médias réussit à remplir des salles de spectacle entières, allant jusqu'à combler Bercy en 1998, sans être passé chez Drucker ( l'anecdote, révélatrice du milieu des médias, est racontée, p 231). Oui, qu'un homme comme Hubert-Félix Thiéfaire remplisse une si grande salle ( "qui n'est jamais que deux Zénith et demi", dixit HFT ) surprend, tout comme surprend la pérennité et le succès d'un groupe aussi mythique que Ange, autre absent des médias, mais dont chaque concert, chaque tournée affiche un nombre de spectateurs incroyable. D'ailleurs, les musiciens Francs-Comtois se connaissent bien puisque, lors du concert d'adieu donné par Ange en 1995, Thiéfaine est monté sur scène interpréter le final de Caricatures.

             Evidemment, une telle biographie ne pouvait pas faire l'économie du thème de la drogue, qui longtemps porta préjudice à l'artiste et qui subit encore les assauts des douaniers, lors des tournées ( p 153 ). Ses explications, son analyse sur le sujet sont très intelligemment pensées et exposées par l'artiste, qui dénonce l'hypocrisie sociale qui accompagne le débat. D'ailleurs, c'est cette intelligence, cette réflexion sensible, alliée à une culture humaniste et littéraire qui en font encore une fois un être à part, dans le milieu du rock. L'éducation de Thiéfaine est évoquée dans les premiers chapitres, et son rapport à la lecture, à la littérature est développé dans une annexe passionnante, intitulée "Mots pour maux", où il parle avec passion des bibliothèques qui lui ont été ouvertes, lui permettant d'investir le champ de la littérature et des mots. Toujours dans les annexes, se trouve un "Petit lexique thiéfainien à l'usage des non-comprenants", extrait de diverses interviews par l'auteur, et où l'on découvre, entre autres, ce que Thiéfaine pense de l'espérance, des excès, de la lucidité, de la notoriété, etc. L'ouvrage propose aussi des témoignages de complices, qu'ils soient artistes, comme Cali, Paul Personne, animateurs, comme Jean-Louis Foulquier, mais aussi et surtout, des hommes de l'ombre, qui connaissent, aiment et soutiennent l'artiste, à bout de bras, à force de passion et de flamme, comme Eric Issartel, responsable du fan-club et à qui Jean Théfaine rend hommage avec une formule qui résume parfaitement l'investissement de l'homme : "HFT news, qui perdure toujours, grâce à la passion éclairée de son responsable."  La rencontre entre les deux hommes, racontée au chapitre 18 est le fruit d'un d'un drôle de hasard, comme le fut la découverte de Thiéfaine pour ce jeune homme, qui en entendit parler pour la première fois de la bouche d'un certain Léo Ferré, lors d'un rencontre fortuite dans un petit village. 

Cette biographie séduit donc à bien des égards : objet indispensable pour les fans, évidemment, mais aussi pour les néophytes, amateurs de rock, de littérature ou qui souhaitent simplement découvrir un homme et un artiste intègre, doublé d'un poète hors pair.

Commenter cet article