Freedom, de Jonathan FRANZEN

Publié le par lili

Freedom-Jonathan-Franzen Présentation de l'éditeur : Patty a décidé une fois pour toutes d’être la femme idéale. Mère parfaite, épouse aimante et dévouée, cette ex-basketteuse ayant un faible pour les bad boys a fait, en l’épousant, le bonheur de Walter Berglund, de St. Paul (Minnesota). A eux deux, ils forment le couple « bobo » par excellence. En devenant madame Berglund, Patty a renoncé à bien des choses, et d’abord à son amour de jeunesse, Richard Katz, un rocker dylanien qui se trouve être aussi le meilleur ami de Walter. Freedom raconte l’histoire de ce trio, et capture le climat émotionnel, politique et moral des Etats-Unis de ces 30 dernières années, dans une tragi-comédie d’une incroyable virtuosité. Comment vivre ? Comment s’orienter dans une époque qui semble devenue folle ? Jonathan Franzen relève le défi et tente de répondre à cette question, avec cette histoire d’un mariage d’une implacable cruauté.

 

Mon avis : Jonathan Franzen n'est pas un nouvel arrivant dans la planète littéraire, et ses Corrections avaient déjà remporté un joli succès, amplement mérité, il y a une dizaine d'années. C'est donc avec le souvenir de ce roman ( d'autres sont parus entre temps, mais ils ont eu moins de retentissement que ces deux titres  ) que j'ai entamé cette lecture, dans le cadre des rentree litteraire organisés par Price Minister, voici le lien vers lequel je vous conseille de cliquer : CLIC et je les remercie beaucoup, au passage !

Je vais attaquer par le plus gros bémol à apporter à ce livre, et ce bémol doit vous paraître bien risible, mais bon, j'assume : il s'agit de son poids. Ca n'a l'air de rien, mais c'est assez lourd à lire, et ça m'a pas mal gâché mon plaisir... Ceci dit, c'est un reproche bien ridicule et j'en ai parfaitement conscience, car je me suis vraiment délectée de cette histoire, ou plutôt de ces histoires qui voient évoluer trois personnages principaux, plus ou moins attachants et leurs enfants, voisins, etc. Si Franzen réfute les questions relatives à son titre, c'est parce qu'à mon sens, chacun peut l'entendre comme il perçoit les personnages. C'est d'ailleurs la force majeure de cet auteur : sa capacité ( assez rare ) de donner vie à des personnages, au point que l'on ressente parfois de curieuse manière leurs souffrances, leurs hontes, leurs gênes. Car ces protagonistes ne sont vraiment pas des héros : tour à tour lâches ( chacun d'entre eux le sera à un moment ou l'autre de ces quelques 700 pages ), veules, malhonnêtes, menteur, ou parfois doux, séduisants, attendrissants, comme nous pouvons l'être nous-mêmes. Sauf qu'il faut bien le reconnaître, peu d'occasion dans notre vie nous permettraient de nous illustrer à la manière de Patty, ou de Joey. Bref, ces héros "bobos", souffrant tant de morts quotidiennes, de désillusions plus cuisantes les unes que les autres, ont en commun d'avoir tenté de cheminer vers ce qu'ils croyaient être leur liberté : musique, politique, sport, affaires lucratives mais louches, sexe, etc. Pour conclure, ce roman m'a beaucoup fait penser à un autre roman américain que j'avais dévoré et adoré il y a quelques mois, et que je recommande à celles et ceux qui veulent prolonger l'expérience américaine : il s'agit des Enfants de l'empereur, de Claire Messud.

 

RL2011b

                 

                                                                                                     11/14

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 11/11/2011 18:43


Un des rares romans de cette rentrée qui ne me tente absolument pas ! Comme quoi !


lili 12/11/2011 10:05



ah, mais je comprends, il est assez boudé dans la blogosphère. Ceci dit, je suis une grande admiratrice de Franzen et de la littérature américaine contemporaine, en général, donc je ne pouvais
pas ne pas aimer !



L'Irrégulière 30/10/2011 16:15


c'est le premier avis positif que je lis sur ce roman !


lili 31/10/2011 19:27



J'aime énormément cet auteur, et j'ai vraiment beaucoup aimé l'atmosphère de ce livre... Mais si le succès n'est pas au rendez-vous sur la blogosphère, il l'est néanmoins chez les critiques
littéraires, pour une fois que je suis d"accord avec eux, je le souligne !



Leiloona 29/10/2011 23:14


Erff oui, en plus de m'endormir dessus, il fallait encore que je le tienne fermement vu son poids ! ;)


lili 30/10/2011 11:17



je viens enfin de lire ton billet et de le commenter. C'est intéressant de confronter des opinions !