Cinquante centimètres de tissu propre et sec, de Michèle FITOUSSI

Publié le par lili

51kekQyKHML. SL500 AA300Résumé : Que peut-il se passer dans la vie d'une femme lorsqu'elle jette par-dessus bord bonheur, racines, enfants ? Pour échapper à sa grand-mère, à sa mère, à ses tantes portant encore leur Tunisie natale au bout de leur langue trop bien pendue, à son père joueur de poker invétéré, Frédérique, en quête d'intégration sociale, a épousé son contraire : Sébastien, un Breton racé, qui ne dit pas un mot plus haut que l'autre, bientôt le père de ses enfants. Frédérique passe vite du bonheur à la routine, des vacances normandes aux poncifs de la vie bourgeoise. Saurait-elle vivre figée, sanglée à ce point ? Jusqu'à la rencontre de Darius, avocat tempétueux, séduisant, pressé. Darius et Frédérique s'adonnent à la passion, forcément fatale. L'amour l'après-midi, les rires de l'adultère, l'attente et les chuchotements au téléphone, est-ce le roman d'une passion, ou les parenthèses d'une vie tristement normale ? Suffira-t-il de cinquante centimètres de tissu propre et sec" pour tout oublier ?"

 

Mon avis : Tout d'abord et avant toute chose, un énorme merci à L'Irrégulière qui m'a prêté ce roman qui m'a littéralement et totalement bouleversée. Seul bémol ( parce que je suis un peu monomaniaque avec ça : l'édition, enfin la première de couverture qui ne rend pas honneur au contenu). Il s'est passé quelque chose d'étrange à la lecture de ce roman d'une passion dévorante entre une femme discrète, rangée et un homme qu'elle rencontre un soir, lors d'un dîner : j'ai ressenti un vertige incroyable, me demandant souvent si j'avais déjà lu ce roman ou s'il n'était que l'écho d'un épisode de ma vie passé, que je gardais bien enfoui. Cette passion destructrice, qui fait autant de mal que de bien, cette souffrance physique de chaque minute, cette manière d'osciller entre le bonheur absolu et le désespoir le plus total, ces grand huit sentimentaux, cette façon "d'avoir envie de vomir, et d'avoir des papillons qui volent dans l'estomac en même temps".... Bref, cet état usant qui nous rend totalement étranger à nous-même, la narratrice le décrit avec une perfection absolue, rendant compte de tous les malaises que la passion peut provoquer et qui fait souvent tellement peur, au point que l'on préfère s'y soustraire pour ne plus y laisser de plume. Bref, vous l'aurez compris, après ce prêt, l'achat fut fait... Merci encore à L'Irrégulière.

Commenter cet article

pyrausta 28/05/2011 17:26


deja que ce n'est pas tres enfoui....


lili 29/05/2011 14:46



C'est encore plus dur, oui.



pyrausta 28/05/2011 17:26


sais tu que ni à la F...ni en librairie ils n'ont de Michele Fitoussi??? j'hallucine là!! A la mediatheque ils en ont mais pas son dernier!!! grrrrrrr


lili 29/05/2011 14:46



Et chez A**** ? Moi, c'était un prêt, donc je ne sais pas trop où trouver pour le coup.



pyrausta 27/05/2011 10:34


j'ai peur..peur de me retrouver egalement dans ces affres décrites aussi bien que tu le dis,peur de réveiller une souffrance pas si ancienne et encore bien ancrée en moi..mais en meme temps
fascination car avec ce livre je revivrais par mots interposes cette période...un exorcisme peut etre?


lili 28/05/2011 14:39



C'est exactement ce qui m'est arrivé, car j'ai revécu par procuration quelques moments de ma vie que je souhaitais oublier ou effacer. C'est très perturbant, certes, mais ça te permet de savoir
aussi que tu n'as pas forcément tourné la page. M. Fitoussi a un talent inégalable pour te faire ressentir ds trucs et faire resurgir ce que tu gardais enfoui, loin de tout.



Philippe D 27/04/2011 21:09


Les titres me font rire parfois.
On peut dire que c'est un livre qui ne t'a pas laissée indifférente!
Bonne soirée.


lili 28/04/2011 08:20



Moi aussi je suis très sensibles aux titres, et celui-ci m'avait intriguée... à juste titre !



Noukette 27/04/2011 15:33


Ah ben oui alors, ton billet donne sacrément envie dis donc !!!


lili 28/04/2011 08:21



Attention, quand même, ça remue !!