Challenge estival : "Donnez-moi des nouvelles..."

Publié le par lili

260061 1990973464278 1541625747 2029354 7955389 n

 

Voilà, le jour du partage des lectures de nouvelles est arrivé ! Comme c'est mon premier challenge, je vais essayer de répertorier au mieux, sous mon propre billet, les liens vers vos billets. En cas d'oublis, d'erreurs ou de participation non prévue au départ, pas de souci, laissez-moi votre lien en commentaire ! En attendant, voici ma découverte :

 

 9782859409609 1 75Présentation de l'éditeur : Les nouvelles ici rassemblées (au nombre de dix) tirent le portrait d'un monde - le nôtre - qu'on aurait bien envie de gifler. Bonne fille, Martine Roffinella le fait pour nous, et sans trop retenir sa main.
Combien de fois n'avons-nous pas ragé face à l'heureuse tranquillité de la bêtise officielle, aux feintes indignations d'une moralité qui suit le cours des modes, au sentimentalisme béat dont l'époque si bien se repaît ? Une rage que trop souvent nous gardons pour nous, faute d'interlocuteurs avec qui la partager de confiance. Et voici qu'une main secourable ose ici souffleter à notre place toutes ces joues, toutes ces fesses respectables, en s'en prenant avec une prédilection gourmande aux valeurs que notre drôle de société tient pour les plus sacrées : les bébés, les vieillards, la réussite, la mort et ses pompes, la « commisération »…

Mon avis : Après avoir lu et adoré Elle, le premier livre de cette auteur pas comme les autres, j'ai eu envie de me plonger dans ce recueil de nouvelles, dont le titre donne déjà quelques indices sur le ton des textes. Effectivement, il est des choses qu'il est inconvenant de critiquer : les petits vieux dans les supermarchés, et plus particulièrement les vieilles dames dont le portrait qui en est fait est aussi cruel que drôle. Le narrateur, ou plutôt la narratrice parée d'une plume très lettrée, et d'un vocabulaire plus que recherché ( ce qui est un phénomène assez rare actuellement ! ) s'en prend ensuite aux enfants, et plus particulièrement à leurs parents, qui apparaissent comme de véritables sauvageons abêtis par leur progéniture hurlante. Inutile d'en citer davantage, ce livre gagne à être lu, pour les portraits de nos contemporains certes, mais aussi et surtout pour le miroir que Martine Roffinella nous tend, à nous lecteurs, et que nous nous prenons en pleine tronche, à la manière d'un boomerang !

 

Chez Notes Contre-notes, Sucre d'orge, de Tennessee Williams

Commenter cet article

EmiR 01/09/2011 12:11


Je ne connais pas du tout cet auteur mais ton article fait envie ! Ça y est, j'ai écrit mon article sur les nouvelles !


lili 02/09/2011 18:02



Merci ! je note le lien de suite! j'adore !!!



Philippe D 23/08/2011 10:02


Je viens de recevoir le dernier Coben (ça commence fort !), j'ai donc abandonné "Passer l'hiver" pour quelques jours.
Bonne journée.


lili 24/08/2011 08:25



Donc ce sera passer l'été, là ! bonne lecture ! il me tarde de découvrir le dernier Coben, dont je suis aussi une inconditionnelle !



Philippe D 22/08/2011 14:35


Dommage que le délai n'ait pas été plus long. Je suis en train de lire "Passer l'hiver" d'Olivier Adam. Je peux te dire que je n'aime pas d'ailleurs.


lili 23/08/2011 08:42



Ah mais, je peux prolonger sans problème, Philippe ! D'ailleurs, je suis très impatiente de lire ton avis sur ce livre !



Sara 21/08/2011 10:56


Je suis un boulet : je n'ai toujours pas ouvert le livres de nouvelles prévu. Je suis vraiment désolée Lili : j'ai un cerveau de poisson mort, je ne pense à rien en ce moment!!


lili 22/08/2011 09:30



ce n'est pas grave, Sara, je comprends ! j'adore tes métaphores au passage !


 



L'Ogresse 20/08/2011 09:57


Je note, je ne connais pas cet auteur mais les themes abordes me plaisent beaucoup.


lili 21/08/2011 08:34



c'est assez spécial, mais à découvrir, oui !