Carte du labyrinthe, d'Alberto TORRES-BLANDINA

Publié le par lili

Torres-BlandinaPrésentation de l'éditeur :

Trois personnages se croisent, s’aiment, se quittent et se fuient.
Bon mari et bon père, Jaime mène une vie rangée dont il ne cesse de vouloir s’échapper. Il collectionne en cachette les photos de nus qu’il développe pour ses clients, en particulier celles que lui apporte Alberto.
Elisa est amoureuse d’Alberto. Tout va bien jusqu’au jour où elle se réveille dans une zone industrielle, à moitié nue. Elle ne se souvient de rien. Chacun cherche sa voie et tous cherchent l’amour dans un chassé-croisé mélancolique. Perdus dans un labyrinthe sans issue qui mélange à loisir les histoires vécues, les vies fantasmées, les mensonges, les trois personnages racontent tour à tour leur existence dans une langue limpide et pleine de vitalité.
Ce qui avait commencé comme une lecture amusante et brillante devient une histoire profonde et émouvante sur l’identité, le bien et le mal. Peu à peu on se prend de tendresse pour les personnages, on les suit dans leur labyrinthe, on plonge avec eux dans l’urgence de vivre, le désir de changement, le besoin d’amour… Une histoire qui ne vous quitte plus.



Mon avis : Avant toute chose, je tiens à remercier Babelio et les éditions Métailié pour cette magnifique découverte. Comme vous l'aurez compris, ce roman m'a littéralement subjuguée. Si ce n'était pas devenu un cliché, je parlerais volontiers de trois "écorchés vifs" qui se croisent dans les méandres d'un labyrinthe amoureux où se mélangent sexe, amour, passion, amour propre, etc. Les chapitres se succèdent, d'un narrateur à l'autre, d'une conception de l'amour, du sexe et de la vie à l'autre, chacun racontant sa propre histoire et petit à petit, se tissent les liens entre ces trois personnages, qui s'ils ne sont pas particulièrement attachants, trouvent écho dans nos propres expériences, nos propres souffrances. Chaque chapitre a son unité propre et son ton : les pages de Jaime, l'époux malheureux, s'intitulent "Catalogue illustré de chattes et de coeurs", en référence à son métier de photographe et à son voyeurisme coupable. Alberto, l'homme perdu, raconte sa douleur face aux sentiments dans "La douleur en cinq fascicules à collectionner", et finir, Elisa épanche sa douleur, ses interrogations face aux hommes de sa vie dans le chapitre intitulé "Dictionnaire révisé elisa-monde / monde-elisa".

Ce petit bijou étrange pousse à son paroxysme les douleurs et les souffrances engendrées par les relations humaines, quelles qu'elles soient ou paraissent, dans une langue poétique et rude, à l'image de ce que peuvent être les relations sociales, sentimentales et sexuelles.

Commenter cet article

Stephie 04/06/2011 15:49


Il est sur ma PAL, lecture très prochaine ;)


lili 05/06/2011 10:12



J'ai hâte de lire ton avis. Attention, c'est assez déstabilisant au début, mais j'ai trouvé ce livre sublime.