Battement d'ailes, de Milena AGUS

Publié le par lili

battement-copie-2 Extrait de la quatrième de couverture : Un lieu enchanteur en Sardaigne. Sur la colline qui domine la mer, au milieu des terres arrachées au maquis, se tient la maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalée dans ses robes bizarres cousues main et dans son naïf refus de l'argent, Madame n'est pas conforme. Quand la nervosité la gagne, que malgré les rites magiques le grand amour se dérobe, elle dévale les deux cents mètres du chemin escarpé jusqu'à la plage et nage vers le large. Madame dérange, mais pas sa jeune et fantasque amie de quatorze ans, pas le grand-père moqueur, ni le fils aîné des voisins, trompettiste incompris des siens. Eux savent...

 

Mon avis : Encore une lecture coup de coeur ! J'avais été séduite par Mal de pierre et Quand le requin dort, que j'ai lu très récemment, mais ce roman m'a encore plus retournée que les deux précédents. La narratrice nous raconte, dans une sorte de journal intime, la vie qui est la sienne, dans un petit village de Sardaigne. Les décors sont absolument merveilleux, la force de l'écriture est telle qu'on s'y sent littéralement transporté, qu'on sent les odeurs de tomates que cultive Madame, la chaleur du soleil qui baigne le petit hôtel, les clameurs qui s'échappent de la maison des voisins... La narratrice nous dresse quelques portrait des personnes qui évoluent autour d'elles : les voisins, catholiques à la limite de l'intégrisme, à la tête d'une famille nombreuse, marquée par le secret : le fils aîné est parti vivre sa passion pour la musique et le jazz, au lieu de suivre des études qui lui permettraient de reprendre l'entreprise familiale : mais cette histoire est cachée à la grand-mère, femme d'un autre temps, en apparence, et qui ne saurait supporter que l'aîné de ses petits enfants n'étudie pas, comme on le lui a fait croire, l'architecture à la Sorbonne....

Il y a la famille de la narratrice : le père qui vient faire quelques apparitions la nuit, d'un battement d'ailes... La mère, affligée d'un mal qui la cloue au lit... La tante, érudite et intellectuelle qui étudie Liebniz et son meilleur des mondes possibles, qui parcourt la planète pour en parler, pour écouter les autres universitaires en parler et qui ne peut pas s'adapter à un mode de vie "normal", puisqu'elle est toute entière consacrée à ses lectures... Le grand-père, vieillard impénétrable qui veille sur sa famille et plus particulièrement sur le personnage central de ce court roman : Madame. Madame est la propriétaire d'une petite pension de famille, très convoitée par les promoteurs immobiliers, car sa présence gêne un projet et les promoteurs essaient désespérément de racheter cette maison. Madame ne veut pas, elle y a ses habitudes, ses protégés : le blessé, avec qui elle vit une aventure sensuelle parallèle à celle qu'elle vit avec l'avant premier et l'amant second, ainsi qu'avec les promoteurs puis le docteur. Madame aime l'amour, Madame aime les hommes, Madame est douce, bonne, gentille, mais les hommes ne l'épousent pas et elle ne comprend pas pourquoi. Le caractère de certain pousse souvent le grand-père dans ses retranchements jusqu'au jour où...

Un magnifique roman sur l'amour, bien sûr, le sexe aussi, mais aussi et surtout sur la liberté, car ces personnages ont tous en commun cette formidable envie de vivre librement :

Un extrait au passage, sur le personnage de Madame :

p 73 : " Parfois e manque d'amour réveille Madame en pleine nuit, elle se rappelle qu'elle est seule et elle a l'impression d'étouffer, elle va boire un verre d'eau mais l'amour qui n'est pas là, lui coupe le souffle."

 

Commenter cet article

zorane 24/07/2010 11:32


Comme Irrégulière en fait;)


lili 25/07/2010 10:13



ah... Les grands esprits se rencontrent...



Irrégulière 23/07/2010 15:24


J'entends beaucoup parler de cet auteur, je pense que ça me plairait mais là, ma PAL est indécente, donc on va attendre...


lili 25/07/2010 10:14



je comprends, mais ne passe pas à côté, je pense que cet auteur te touchera... D'ailleurs, si je peux me permettre, c'est celui-ci que je te conseille pour la découvrir !