Apostille au crépuscule, de Michel ONFRAY

Publié le par lili

APOSTILLE 

Présentation de l’éditeur :  "Socrate a raison : mieux vaut subir l'injustice que la commettre... Je n'ai donc pas répondu aux injures ayant accompagné la sortie de mon Crépuscule d'une idole, sous-titré L'affabulation freudienne, un livre acceuilli par la haine d'un petit milieu et l'emballement du public qui a transformé cet ouvrage en succès de librairie. On a fait de ce gros ouvrage à peine feuilleté un "brûlot contre la psychanalyse". Or la psychanalyse freudienne n'est pas toute la psychanalyse, mais sa formule la plus universellement médiatisée...

 

Mon avis :

J'ai en partie lu L'affabulation freudienne, de Michel Onfray, lecture ardue mais ô combien intéressante, que je n'ai jamais chroniquée ici, ne sachant comment m'y prendre, et ayant résolu de ne rien écrire plutôt que d'écrire des bêtises à ce sujet, que je ne maîtrise pas complètement, même s'il me passionne, car son auteur est passionnant. A écouter, comme je l'ai fait avec un plaisir grandissant, sur les ondes, lorsqu'il présentait son cours sur Freud à l'université populaire de Caen. Je me suis aussi beaucoup intéressée aux débats télévisés et radiophoniques qui opposait Onfray à ses détracteurs, et je me demande encore aujourd'hui : pourquoi tant de haine ? Onfray a mené une étude d'une grande richesse sur un sujet complexe et qu'on n'imaginait pas si sensible. Jamais il n'a remis en question les bienfaits que certains patients pouvaient tirer d'une psychanalyse, et c'est d'ailleurs pour tordre le coup à certaines remarques qu'il présente cette apostille, beaucoup plus aisée à lire, plus fluide mais non réductrice. Je ne me pique pas d'avoir tout compris, mais je dirais qu'on pourrait presque résumer ( encore que ce soit réducteur eu égard aux investigations de Michel Onfray...), par ces mots qui me semblent être les siens ( je ne souhaite pas commettre d'impair ) et que j'ai relus quelque part sur le net... :

" La psychanalyse freudienne est l’autobiographie de son auteur, la confession de sa création. "

Il propose ensuite de relire les autres philosophes, dont Jean Paul Sartre et de proposer une psychanalyse non-freudienne.

Bref, un livre à lire, qui permet de cogiter et d'éviter les "prêts à penser" qui foisonnent...

 

Commenter cet article

pyrausta 25/02/2011 13:46


ce n'est peut etre pas dans ce livre là mais Onfray critique le fait que Freud ait voulu donner un caractere scientifique à sa demarche alors qu'elle n'etait que personnelle puisqu'il s'est appuye
sur sa propre vin pour elaborer des theories.


lili 25/02/2011 20:11



si si, il confirme dans cet exemplaire... Il ne reconnaît pas vraiment le caractère scientifique de la démarche de Freud, il évoque le côté autobiographique de ses théories et aussi le plagiat
des théories précédentes qu'il a faites siennes sans citer les sources. J'avoue que je voue une passion sans borne ( ou presque ) à Onfray et à son travail. Il remet aussi en question sa propre
expérience puisqu'en tant que prof de philo, il a enseigné Freud et le reconnaît... Il n'a pas fait, comme on a voulu le faire croire, une entreprise de démolition de la psychanalyse, il a juste
fait un travail de recherches conséquent pour dénoncer des faits généralement acceptés sans broncher, comme l'attention flottante chez les psy, etc.



pyrausta 24/02/2011 18:31


il remet (d'apres les critiques lues ici et là puisque je ne l'ai pas lu) en cause Freud et dit qu'il n'a pas invente la psychanalyse,que Freud a voulu rendre scientifique ce qui n'etait que sa
propre histoire.Je dis seulement que meme si Freud n'est pas un scientifique pur il a eu le merite de mettre en evidence le pouvoir de l'inconscient,de donner un materiau qui a permis aux autres
psychanalystes de s'appuyer et faire evoluer ce qui est devenu une science.


lili 25/02/2011 12:52



Onfray ne critique pas la notion d'inconscient, il rappelle que Freud ne l'a pas découverte, mais s'est appuyé sur des théories qui existaient déjà et il ne nie pas l'efficacité de la
psychanalyse sur certaines personnes, il regrette seulement le côté mercantile et autobiographique de Freud.



Neph 04/01/2011 18:57


Et mon challenge Yes We Kant, alors ? Je tiens ma première lectrice, là !


lili 05/01/2011 06:03



je vais faire un tour sur ton blog pour voir ce dont il s'agit en détails, je ne m'engage pas à la légère, madame !



zorane 20/12/2010 17:13


pas très tentée par ce genre de livre ;)


lili 22/12/2010 13:08



ah ? c'est aussi une question de moment peut être ?



Sara 20/12/2010 15:38


Pas le genre de choses que j'ai envie de lire en ce moment. Mais plus tard, pourquoi pas...Sinon, je viens de te taguer sur mon blog.


lili 22/12/2010 13:09



C'est une question de moment aussi, non ? Je suis définitivement une quiche en tag, moi... Mais merci Sara !